Bagatelles pour un massacre :: l’accueil critique

Bagatelles Pour Un Massacre

Détails sur le produit

  • Relié: 288 pages
  • Editeur : Ecriture (15 septembre 2010)
  • Collection : Essais et documents
  • Langue : Anglais
  • ISBN-10: 2359050028
  • ISBN-13: 978-2359050028
  • Dimensions du produit: 15 x 21 x 2,2 cm

Présentation de l’éditeur

Censuré depuis 1945 par son auteur et jamais republié depuis, Bagatelles pour un massacre sort le 28 décembre 1937 chez Denoël, en même temps que L’Espoir de Malraux. Ce n’est certes pas le premier pamphlet antisémite, mais c’est le plus violent, le plus grossier et -circonstance aggravante- le plus talentueux jamais paru en France. Récompensé par d’excellentes ventes, il est aussitôt traduit en Allemagne. L’espace d’un pamphlet truffé d’épisodes narratifs, Céline abandonnait le roman pour s’égarer en politique et sceller son destin. L’ambivalence de Bagatelles – essai polémique ou oeuvre littéraire ? – est au coeur de la réception critique du livre. André Gide, dans la NRF, préfère croire à une énorme rodomontade (sans quoi Céline serait « complètement maboul ») ; tandis que Lucien Rebatet, dans Je suis partout, le félicite d’avoir « allumé le bûcher ». À gauche mais aussi à droite, on souligne souvent l’obscénité et la malhonnêteté du raisonnement, inspiré voire bassement recopié des prospectus de propagande, certains reprochant même à Céline de discréditer l’antisémitisme. Mais tous ou presque soulignent la truculence rabelaisienne de Bagatelles, dont l’extrême nocivité est rarement dénoncée, si ce n’est par la presse juive. Ce dossier critique, souvent déroutant pour le lecteur moderne, regroupe soixante articles parus de janvier à décembre 1938, sous la plume de Marcel Arland, André Billy, Robert Brasillach, Léon Daudet, André Gide, Emmanuel Mounier, Lucien Rebatet, Jean Renoir, Victor Serge… On y voit avec effarement, explique André Derval en avant-propos, « la réalité virer au cauchemar, et des voix que l’on entendait sensées et mesurées verser dans les pires partis pris et dans l’outrance – épousant en cela le mouvement plus général de l’intelligentsia française au sujet des réfugiés juifs dans les années 1930».

Related posts

L'accueil critique de Bagatelles pour un massacre
Language: fr
Pages: 297

L'accueil critique de Bagatelles pour un massacre

Authors: André Derval
Categories: Antisemitism
Type: BOOK - Published: 2010 - Publisher: Ecriture
Censuré depuis 1945 par son auteur et jamais republié depuis, Bagatelles pour un massacre sort le 28 décembre 1937 chez Denoël, en même temps que L'Espoir de Malraux. Ce n'est certes pas le premier pamphlet antisémite, mais c'est le plus violent, le plus grossier et -circonstance aggravante- le plus talentueux
Bagatelles Pour Un Massacre
Language: en
Pages:

Bagatelles Pour Un Massacre

Authors: Louis-Ferdinand Céline
Categories: Antisemitism
Type: BOOK - Published: 1937 - Publisher:
Books about Bagatelles Pour Un Massacre
Fable for Another Time
Language: en
Pages: 239

Fable for Another Time

Authors: Louis-Ferdinand Cäline
Categories: Fiction
Type: BOOK - Published: 2003 - Publisher: U of Nebraska Press
"The tale of a man imprisoned and reviled by his own countrymen, the Fable follows its character's decline from virulent hatred to near madness as a result of his violent frustration with the hypocrisy and banality of his fellow human beings. In part because of the story's clear link to
Trifles for a Massacre
Language: en
Pages: 378

Trifles for a Massacre

Authors: Louis Ferdinand Celine
Categories: Literary Criticism
Type: BOOK - Published: 2016-11-18 - Publisher:
"There's a book you won't hear a word about on the radio. There's a book the right-thinking newspapers will not speak about, except to refer to it prim and reproachful terms. There's a book about which the tabloids of the left will say nothing, except the most inept of them,
North
Language: en
Pages: 454

North

Authors: Louis-Ferdinand Céline
Categories: World War, 1939-1945
Type: BOOK - Published: 1972 - Publisher:
The violence and delirium of Nazi Germany's last days are reflected in the lives of the people of Zornhof, a village where conscientious objectors manufacture coffins.